Bilan des premiers MOOCs UCL (1) - le vécu des étudiants   

Tags:

L’année 2013-2014 a vu les premières expériences de MOOCs organisés par l’UCL. Quatre cours au format MOOC ont été diffusés via la plateforme edX : deux cours de niveau Bac, deux cours de niveau master; deux en français, deux en anglais. Des apprenants du monde entier se sont joints aux étudiants UCL pour apprendre avec eux, formant une grande communauté internationale.

Comment les étudiants UCL ont-ils vécu cette expérience ?

D’après les échos recueillis, ils y ont vu des avantages :

  1. Le plaisir d’être immergés dans une communauté internationale. Pour certains des thèmes abordés (la science politique, les droits de l’homme internationaux, les politiques locales de gestion des ressources naturelles…), les interactions avec des étudiants internationaux ont permis des apports d’informations riches car porteurs d’expériences et de points de vue différents.
  2. L’émulation d’être confrontés à des participants très motivés. En effet, les participants qui s’investissent plusieurs semaines dans un MOOC n’ont aucune autre raison de le faire que leur intérêt personnel pour la matière abordée. Ils ne perdent rien à quitter le MOOC; s’ils restent, c’est qu’ils sont vraiment enthousiastes ! Ces participants motivés posent des questions de fond, partagent des expériences personnelles, interpellent les autres étudiants, répondent aux interpellations… C’est une vague de motivation qui dynamise l’ensemble de la communauté d’apprentissage.
  3. L’intérêt de pouvoir visionner, à plusieurs reprises et en effectuant des pauses, les vidéos des professeurs expliquant la matière, et ce, jusqu’au jour de l’examen !
  4. L’obligation de se mettre à étudier de manière régulière dès le début du quadrimestre (plutôt qu’au moment du blocus), pour respecter le découpage en semaines du MOOC. Certains étudiants ont découvert que cela était favorable à leur apprentissage ;-)

Le point de vue des professeurs

Les professeurs ont exploité le MOOC comme une des activités d’apprentissage de leur cours. Ils ont continué à donner cours en auditoire selon le principe de classe inversée : les étudiants regardaient les vidéos et réalisaient les exercices en ligne avant de venir au cours; en salle de classe, les professeurs proposaient des compléments (approfondissements), des exercices supplémentaires, des cas d’application…

Comme les cours prévus dans les programmes UCL sont plus volumineux en charge de travail (crédits) que les MOOCs, les étudiants ont eu des séances en auditoire avant et après les semaines du MOOC. Ils ont également eu un examen “ordinaire”, en salle de cours, à la fin du quadrimestre.

Lors d’un atelier de témoignage, le 28 avril 2014, certains professeurs ont partagé la manière dont ils ont perçu l’implication de leurs étudiants dans leur MOOC :

  • une participation active dès le début du quadrimestre, à la fois dans les activités en ligne (le MOOC) et lors des interactions dans l’auditoire. En effet, le fait d’avoir “travaillé” la matière avant de venir au cours a permis aux étudiants d’avoir davantage de choses à dire pendant les séances de cours : interpellations, questions…
  • des initiatives de regroupements pour regarder les vidéos à plusieurs
  • des interactions enrichissantes avec les participants internationaux
  • dans certains cas, de meilleures notes à l’examen final que les étudiants des années précédentes

Alors, MOOC et enseignement sur campus, une complémentarité enrichissante ? Qu’en pensez-vous ?

Un commentaire

D'accord, pas d'accord, une idée ?


  1. [...] un premier quadrimestre de MOOC’s, l’expérience engrangée à l’UCL s’avère séduisante. La qualité des échanges entre participants et les questions posées le montrent. [...]